Maths Et Tiques Seconde, Booking Camping Normandie, Classement Collège Yvelines 2020, Passerelle Médecine 2020, Différence Caractère Chat Mâle Femelle, Mhsc Store Ecusson, Ananas Victoria Origine, Odile Vuillemin Jumelle, " /> Maths Et Tiques Seconde, Booking Camping Normandie, Classement Collège Yvelines 2020, Passerelle Médecine 2020, Différence Caractère Chat Mâle Femelle, Mhsc Store Ecusson, Ananas Victoria Origine, Odile Vuillemin Jumelle, " />

dalmatie province romaine

Un premier knèze (« roi », ou « prince ») dalmatien, Radoslav, est attesté vers l'an 688 (source ?). Durant le IIIe siècle, la Dalmatie semble être le cœur de l'Illyricum, ensemble s'étendant du Danube aux mers Adriatique, Ionienne, Égée et Noire, et concentrant d'importantes armées. Elle est traversée par les Alpes dinariques et comporte en outre de nombreuses îles, de l'île de Pag, au nord-ouest, jusqu'à Dubrovnik et à la baie de Kotor (Monténégro) au sud-est. Tibère doit intervenir à nouveau entre les années 6 et 9 pour réduire une révolte des Illyriens au cours d’une guerre difficile, engageant pas moins de 15 légions et autant d’auxiliaires, soit un effectif considérable compris entre 150 000 et 180 000 soldats. À partir du IIe siècle, l'urbanisation, la romanisation puis la christianisation des Illyres progressent, et la région devient une place importante de l'empire, constituant, avec la Rhétie et le Norique la liaison incontournable entre l'Italie et les frontières danubiennes. Jérôme de Stridon, traducteur de la Vulgate, était également d'origine dalmate. Depuis le IVe siècle, des hordes venues d’Asie (Huns, Avars, Obres, Ouïgours, et plus tard les Magyars) sont amenées à traverser le territoire d'origine des Slaves (nord de la Mer Noire) et à mener des opérations tantôt pacifiques ou violentes, qui provoquent des brassages, des séparations, et des migrations chez les populations slaves. Venise ne perd définitivement la Dalmatie qu'avec sa propre indépendance, lors de sa conquête par Bonaparte en 1797. L'Autriche, plus encore que Venise, y favorise le développement de la culture croate, d'autant qu'elle y voit un moyen de limiter l'irrédentisme des Italiens de la côte. Celle-ci semble avoir été touchée à cette époque par des phénomènes de brigandages. Au cours des iv e et v e  siècles de notre ère, les armées romaines subirent plusieurs défaites sévè […] Au VIe siècle av. Sous le nom de Royaume de Dalmatie, la province est rattachée directement à l'administration de Vienne. Didius Julianus, futur empereur et alors gouverneur, aurait mené des opérations contre les brigands vers 175��178. Les Dinarides stricto sensu ont une façade maritime le long de la mer Adriatique, de climat méditerranéen et de sous-sol essentiellement calcaire, de sorte que s'y développe dans d'excellentes conditions le relief karstique. Lors des invasions germaniques du IVe siècle, la Dalmatie devient le refuge de ce qui reste de l’armée romaine d’Illyrie et le dernier lien terrestre entre l’empire d’Occident et l’Empire romain d’Orient. Interposée pendant des siècles entre la Bosnie turque et la mer, la Dalmatie doit nombre de ses traits originaux aux influences italiennes. Au IXe siècle, un duché autonome se forme autour de Zadar qui est alors considérée comme la capitale de la Dalmatie. Lire la suite, Ville fortifiée située sur la côte dalmate (en Croatie). Certains chercheurs ont toutefois exprimé des doutes sur son authenticité. La langue dalmate, en revanche, n'était pas enseignée et a fini par dispaître. De sorte que l’on observe, dès le VIe siècle, des flux migratoires slaves en direction de l’Europe centrale et des Balkans. A partir de 828, l’Empire carolingien administre une réorganisation des marches du Frioul et se désintéressent progressivement de la Dalmatie, ce qui donne donc l'opportunité aux différents duchés « croates » d’obtenir une autonomie relative. Michel ROUX, Puis les Avars, population nomade originaire de l’Altaï (en Russie actuelle) remplacent dès 568 les Lombards et s'installent en Pannonie. Au IXe siècle on observe l’émergence d’identités nouvelles à la fois sur le plan politique et religieux. Lire la suite, Dans le chapitre « L'illyrisme unificateur » Enfin les Slaves, population originaire du nord de la mer Noire, arrivent en Dalmatie certainement au début du VIIe siècle. Le remodelage des provinces sous la tétrarchie conserva la Dalmatie en une seule province. Dominée par Venise (à l'exception de Dubrovnik) de 1420 à 1797, elle est restée ensuite austro-hongroise, sauf pendant l'intermède napoléonien des Provinces Illyriennes (1805-1814), jusqu'à la naissance de la Yougoslavie en 1918. Vue aérienne de la ville de Split. De plus, nous savons que depuis le IVe siècle la ville d’Aquilée située au sein de la marche du Frioul (Empire carolingien) est le siège du patriarcat d’Aquilée, qui est un important centre de christianisation pour l’Italie nord-orientale et la Dalmatie. Lire la suite, Dans le chapitre « La formation de la Yougoslavie » Les Croates sont des Slaves aux limites de la chrétienté (voire des païens) pour les Francs, et ce sont des populations chrétiennes (selon le rite latin) imprégnées d’une culture franque pour les autres Slaves. Il est reçu à la cour du duc Trpimir Ier de 846 à 848, ce qui témoigne de l’ouverture de la société slave de Dalmatie à la religion chrétienne. On assiste donc à une crise du maintien politique de la marche carolingienne en Dalmatie. Depuis la fin du IVe siècle et jusqu'à la fin du VIIe siècle, en Europe, prend place la période des « Grandes Invasions ». Ce mouvement a pour origine l'antagonisme entre Serbes et Croates à l'in […] Après plusieurs années de conflits les Slaves « l’emportèrent et massacrèrent une partie des Avars, et contraignirent les autres à se soumettre ». Élargissez votre recherche dans Universalis. Celle-ci semble avoir été touchée à cette époque par des phénomènes de brigandages. J.-C. Création 107 ap. globalquiz.org. Partagez et amenez de nouveaux joueurs au jeu! Lors de l’ultime division de l’Empire romain en 395, la Dalmatie est rattachée à l’Empire romain d'Occident. En 535, l’empereur byzantin Justinien Ier envoie le général Bélisaire contre le royaume Ostrogoth d’Italie. Elle voit le passage des candidats à l’empire d’Occident soutenus par Constantinople (Valentinien III, Anthémius, Julius Nepos), avant d'être annexée par Odoacre, vainqueur du comte Ovida en 481–482. La Dalmatie conserve une garnison auxiliaire qui renforcée durant le règne de Marc Aurèle. Il a été apprenti de Squarcione à Padoue de 1456 à 1459, puis est retourné en Dalmatie. Mais il n’en reste pas moins que le début de la christianisation croate peut être située au moins à partir du début du IXe siècle – comme tendent à le montrer les fonts baptismaux du prince Višeslav datant de cette époque. La majeure partie de la Bosnie moderne fut alors incorporée à la province romaine de Dalmatie. Vers le milieu du IXe siècle, on voit apparaître un terme désignant une identité croate dans une charte latine désignant Trpimir Ier comme Dux Chroatorum (Duc de Croatie) - alors que dans les manuscrits carolingiens du début du IXe siècle, ces populations étaient simplement nomées « Slaves ». Le royaume de Croatie, incluant la Dalmatie continentale, eut plusieurs capitales successives : Biaći, Nin, Biograd, Šibenik, Knin, Split, Omiš, Klis et Solin. La bauxite locale est traitée par l'usine d'aluminium de Šibenik. La Dalmatie dans l'Empire romain, vers 120, Carte du territoire avare et de sa zone d'influence (VII. Son importance stratégique s'était aussi réaffirmée puisque les Barbares avaient traversé les provinces frontières pour parvenir en Italie. Contribution a la topographie des communications et des agglomerations romaines et preromaines dans la province romaine de Dalmatie (avec attention particuliere a la region de Bosnie-Herzegovine) ? Par exemple, Lucius Plotius Pegasus est gouverneur de la province sous Vespasien. Pour l'Empire romain d'Orient, leur arrivée est providentielle dans leur lutte contre les Avars (qui mènent de nombreuses attaques dans la région). Elle se définit par de nombreux mouvements migratoires de populations se déplaçant de l’est vers l’ouest, et du nord vers le sud. Il est également avancé que les Slaves vouent des cultes aux rivières et aux nymphes, et pratiquent des actes sacrificiels. Quelques villes côtières comme Zara (Zadar) ou Traù (Trogir), ainsi que la plupart des îles, demeurent territoires de l'Empire romain d'Orient. 20 ap. Une route dessert tout le littoral et se prolonge, à travers le Monténégro, vers la Serbie et la Macédoine du Nord. DALMATIE Generalites 732) Agglomerations et routes. L'arrivée des Croates sur les rives de l', Illustration reproduisant les fonts baptismaux du, Carte des étandues territoriales respectives de l'Empire carolingien et de l'Empire byzantin en 814, Eglise de Saint-Donat à Zadar (Croatie), datant du IX, Droit d'auteur : les textes des articles sont disponibles sous, La période des royaumes illyriens et dalmates, Conflits entre populations locales (Dalmates) et étrangères (Avars), Christianisation des Slaves et entrée dans la chrétienté, Consolidation d'un espace culturel slave (VII, La Dalmatie : entité vassale au sein de l'empire franc (803-828), Naissance de l'identité croate et émergence d'un Etat croate autonome (IX-X, La Dalmatie dans la guerre en Croatie (1991-1995), La Dalmatie dans la République de Croatie, Tuone Udaina était un berger auprès duquel le, Liste des provéditeurs-généraux de Dalmatie, République fédérale socialiste de Yougoslavie, Photo-guide naturaliste sous-marin de la Dalmatie (Croatie), Liste des diocèses de l'Empire romain tardif. En raison de la présence de deux légions, l'ancienne province sénatoriale de Dalmatie est réorganisée en l’an 10 en une province impériale, avec comme capitale Salonae (Salone, aux importants vestiges archéologiques romains : puissants remparts, thermes, basilique). La Dalmatie s'étire sur 350 km sur la côte est de la mer Adriatique sur environ 60 km de large, et couvre 12 100 km2 pour 897 000 habitants (2001). D'autres villes romaines furent prospères : Tarsatica (Trsat, au sud de Rijeka), Iader (Zadar, où sont encore visibles les vestiges du forum romain), Narona, Burnum. Ils barrent les routes, coupant la liaison terrestre entre la Croatie du nord et le reste de la Dalmatie : c'est la « Révolution des Rondins ». En 799, Charlemagne envahit la Dalmatie, la contestant aux Byzantins, et la conquiert définitivement en 803. De 1115 à 1420, la Dalmatie fut le théâtre de nombreuses confrontations, comme le siège de Zara et le traité de Zara, entre le Royaume hongro-croate et la République de Venise, qui avait hérité les îles dalmates de l'Empire byzantin. L'arrivée des Croates sur les rives de l', Illustration reproduisant les fonts baptismaux du. En effet, cette fontaine baptismale viendrait vers 800 commémorer le baptême du knez Višeslav. Lire la suite, Dans le chapitre « Les Dinarides » CROATIE. Procope de Césarée dans De bello gothico (III, 14) nous informe au VIe siècle, que les Slaves (dont sont issus les Croates) pratiquent un polythéisme. Le mathématicien et astronome Roger Josip Bošković (1711–1787), né à Raguse (Dubrovnik), a fait ses premières études dans cette ville mais la plus grande partie de sa carrière s'est déroulée à l'étranger. Serrée de près par la montagne karstique, elle ne s'épanouit que dans le flysch, en arrière de Zadar, où se trouvent les meilleures possibilités agricoles. Ainsi au cours du VIIe siècle la population slave s’est retrouvée dominante sur le territoire, avec une assimilation de populations avares. wikipedia → Thrace (province romaine) 0. Dubrovnik et l'ancien territoire de la République de Raguse ne faisaient pas partie de la Dalmatie historique qui était vénitienne, mais sont aujourd'hui considérés comme inclus dans la Dalmatie géographique. Elle voit le passage des candidats à l’empire d’Occident soutenus par Constantinople (Valentinien III, Anthémius, Julius Nepos), avant d'être annexée par Odoacre, vainqueur du comte Ovida en 481–482. La Dalmatie a largement bénéficié des progrès économiques de la Yougoslavie socialiste : le port de Split (chantiers navals, cimenterie, industries chimiques) fut le second du pays en dépit d'une desserte insuffisante ; celui de Ploče est relié par voie ferrée à Sarajevo. En -229 et -228, la flotte romaine combat les pirates illyriens qui s’abritent dans les multiples îles de cette région, et à partir de -219, les Romains prennent le contrôle de la côte dalmate pour garantir leur sécurité en mer Adriatique. De nombreux officiers originaires de ces régions jouèrent un rôle important dans la défense de l'empire lors de la crise du IIIe siècle : l'importance politique de la Dalmatie grandissait. Comme le montre les Annales regni Francorum, au début du IXe siècle, ce territoire est dirigé depuis le Frioul par « Cadolah », qui est, en 818, « préfet des marches du Frioul »[11]. Ces knèzes règnent sur des populations « dalmatiennes » qui sont de langue slave, « dalmates » de la côte (ou « morlaques ») et « valaques » des plateaux montagneux qui sont de langues romanes, et albanaises (« shqiptarët ») du sud de la région, qui sont de langue illyrienne. En effet dès la fin du VIIIe siècle — alors que la Dalmatie était jusque là majoritairement l’objet des influences de l’Empire romain d’Orient et du Khaganat avar — la majeure partie du territoire passe sous domination franque en 803. La ville s'est donc développée à l'intérieur des remparts du palais de Dioclétien. En -229 et -228, la flotte romaine combat les pirates illyriens qui s’abritent dans les multiples îles de cette région, et à partir de -219, les Romains prennent le contrôle de la côte dalmate pour garantir leur sécurité en mer Adriatique. Région du massif montagneux à l’E. J.-C. – 107 ap. Vers le milieu du IXe siècle, on voit apparaître un terme désignant une identité croate dans une charte latine désignant Trpimir Ier comme Dux Chroatorum (Duc de Croatie) - alors que dans les manuscrits carolingiens du début du IXe siècle, ces populations étaient simplement nomées "Slaves". Sous le nom de Royaume de Dalmatie, la province est rattachée directement à l'administration de Vienne. La Dalmatie s'étend sur tout ou partie de quatre comitats croates : ceux de Zadar, de Šibenik-Knin, de Split et de Dubrovnik-Neretva. Par le traité de Rapallo en 1920, à la suite de la défaite des puissances centrales dans la Première Guerre mondiale, la Dalmatie, à l'exception de la ville de Zadar (Zara) et de l'île de Lastovo (Lagosta), cédées à l'Italie, fut incluse avec le reste de la Croatie dans le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, rebaptisé un peu plus tard Royaume de Yougoslavie. Après 1996 commence une période de reconstruction qui, à partir de 2000, permet un développement essentiellement axé sur le tourisme, qui n'est pas sans effet sur les ressources en eau et halieutiques, sur la qualité des eaux et la préservation des paysages. À la longue, par la guerre, la négociation ou l'achat, Venise finit par étendre son domaine en Dalmatie continentale, à l'exclusion de la République de Raguse (aujourd'hui Dubrovnik), restée autonome, mais également romane, avec sa propre langue, le Ragusain.  : […] Ces individus ont été impliqués dans le système politique de la périphérie carolingienne avant 828. Lors des invasions germaniques du IVe siècle, la Dalmatie devient le refuge de ce qui reste de l’armée romaine d’Illyrie et le dernier lien terrestre entre l’empire d’Occident et l’Empire romain d’Orient. On peut dater du début du vi e , peut-être même de la fin du v e  siècle la pénétration des Slaves méridionaux dans l'Empire byzantin. Le dialecte ragusain de la région de Dubrovnik (anciennement Raguse, qui après avoir été vassale de Byzance, de Venise et du Royaume de Hongrie, devint indépendante au XVe siècle), a cessé d'être parlé au XVe siècle, la ville passant à l'italien vénitien, et la région au croate ; le dialecte végliote est celui qui a survécu le plus longtemps : il était encore parlé dans l'île de Veglia, aujourd'hui Krk au XIXe siècle et a disparu le 10 juin 1898, à la mort de Tuone Udaina, dernier locuteur du dalmate. Le dialecte ragusain de la région de Dubrovnik (anciennement Raguse, qui après avoir été vassale de Byzance, de Venise et du Royaume de Hongrie, devint indépendante au XVe siècle), a cessé d'être parlé au XVe siècle, la ville passant à l'italien vénitien, et la région au croate ; le dialecte végliote est celui qui a survécu le plus longtemps : il était encore parlé dans l'île de Veglia, aujourd'hui Krk au XIXe siècle et a disparu le 10 juin 1898, à la mort de Tuone Udaina, dernier locuteur du dalmate[4]. L'historien Danijel Dzino définit la Dalmatie comme un espace compris entre le fleuve Sava (ou le fleuve Drava) et la mer Adriatique. Au passage, Bélisaire ramène la Dalmatie dans l’Empire romain d'Orient, pour quelques années. 0. En 1991, les dirigeants serbes, alors dirigés par Milan Babić, expulsent les habitants croates (non sans violences) du nord de la Dalmatie, et le rattachent à la République serbe de Krajina autoproclamée, dont ils font de Knin la capitale. Un premier knèze (« roi », ou « prince ») dalmatien, Radoslav, est attesté vers l'an 688 (source ?). Son relief est celui d'une côte de submersion en structure plissée : chapelets d'îles anticlinales allongées que séparent des bras de mer synclinaux, les kanali. Après cette purification ethnique il ne reste aujourd'hui dans toute la Dalmatie que quelques centaines d'Italiens, derniers témoins d'une présence romane plus que millénaire[13]. Ainsi au cours du VIIe siècle la population slave s’est retrouvée dominante sur le territoire, avec une assimilation de populations avares. Vue aérienne de la ville de Split. Plusi […] Lire la suite, Du serbo-croate ustaša (révolutionnaire), les oustachis ont constitué le parti fasciste croate. Nous savons que les Slaves sont arrivés en Dalmatie au début du VIIe siècle, et on présume qu’un processus de christianisation était alors déjà en cours par le biais de structures ecclésiastiques actives dans les villes dalmates. Les ressources de la Dalmatie sont l'industrie (constructions navales, métallurgie), ainsi que l'agriculture et la pêche, en déclin, tandis que dans les îles et sur la côte, le tourisme prend au contraire une très grande ampleur, avec un rythme de construction très rapide et des prix qui ne cessent de grimper. Sont originaires de Dalmatie l’empereur romain Carus (282-283), né à Narona selon certains auteurs, ses fils et successeurs Carin (283-285) et Numérien (283-284), et l’illustre Dioclétien, empereur de 284 à 305. À partir de 1463 il habite Sebenico, tout en se rendant de temps en temps à Padoue[16]. Selon l'opinion des linguistes albanais protochronistes, « Dalmatie » viendrait d'un mot illyrien que l'on retrouverait aujourd'hui dans l'albanais delmë, signifiant « mouton », à supposer que l'albanais soit effectivement issu des dialectes illyriens. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Italiens ont annexé de 1941 à 1943 certaines autres îles et une partie de la Dalmatie continentale, formant un Gouvernorat de Dalmatie : un traité laisse le reste du territoire dalmate à l'État indépendant de Croatie d'Ante Pavelić, qui le contrôle en totalité après octobre 1943, à l'exception de la région de Zadar. En outre, un témoignage de Constantin VII nous informe que les Slaves de Dalmatie ont commencé à être christianisés « au temps de leur prince Porinos », après la mort d'un personnage nommé « Kotzillis ». On assiste donc à une crise du maintien politique de la marche carolingienne en Dalmatie.  : […] Cédée au Royaume d'Italie sous tutelle française, elle est rattachée en 1809 aux Provinces illyriennes. La flotte yougoslave doit cependant ensuite se regrouper à Kotor, qui dépend de la République de Monténégro, fidèle à la Fédération. Partout, la côte est abrupte et plus ou moins bordée d'îles parallèles, le tout correspondant à l'allongement des unités tectoniques dans le sens nord-ouest - sud-est. Selon Danijel Dzino la conscience d’une identité croate s’est construite au milieu du IXe siècle, grâce à l’apparition d’un nouveau système social, politique et culturel emprunté à l’Empire carolingien. La victoire carolingienne sur les Avars (en 803), situés alors en Pannonie ne signifie pas la disparition des Avars, mais seulement marque la fin de leur pouvoir politique en Dalmatie. Les Avars, qui progressivement dominent la plupart des villes de Dalmatie au début du VIIe siècle, poussent les populations romanes (Dalmates) vers le littoral. Son contrôle est fréquemment disputé entre les empereurs régnant sur les parties occidentale et orientale de l’Empire Romain. Au VIe siècle av. Sous la Rome antique, les provinces sont des subdivisions territoriales hors d'Italie.. Elles apparaissent pendant les guerres puniques, au moment où la République romaine s'étend hors de la péninsule italienne, et le nombre de provinces romaines ne cesse alors d'augmenter. Mais il n’en reste pas moins que le début de la christianisation croate peut être située au moins à partir du début du IXe siècle — comme tendent à le montrer les fonts baptismaux du prince Višeslav datant de cette époque. La plus lointaine d'entre elles était Apsoris sur l'île de Chersos, dans le golfe Flanatique près de l'Istrie[5]. Cet édifice ainsi que les résidences royales historiques, les fo […] Construite au vi e  siècle par une colonie de réfugiés venus d'Épidaure, Raguse (aujourd'hui Dubrovnik) fut détruite au début du vii e  siècle par les Avars, puis soumise à la domination de Byzance. Il a été apprenti de Squarcione à Padoue de 1456 à 1459, puis est retourné en Dalmatie. L'arrivée des Slaves à partir du VIe siècle a fait, petit à petit et par assimilation, décliner la langue romane dalmate, et l'adjectif « dalmate » peut aujourd'hui désigner, dans le langage courant, le serbo-croate (langue slave) parlé sur les rives de la mer Adriatique. Après la chute de la République vénitienne en 1797, pendant la Révolution française, la Dalmatie devient possession des Habsbourg d'Autriche par le traité de Campo-Formio. L’étroite collaboration entre les deux entités politiques s’exprime notamment par l’accession de Tomislav Ier au poste de proconsul byzantin disposant du contrôle des cités-Etats de Dalmatie. En 1991, après que la Croatie a déclaré son indépendance vis-à-vis de la République fédérale socialiste de Yougoslavie, la région redevient un champ de bataille entre indépendantistes croates et pro-yougoslaves serbes : la flotte yougoslave fait le blocus des côtes et bombarde les ports. Il est défini comme la croyance en une mythologie slave centrée sur un dieu de la foudre, et d’autres dieux. Lire la suite, Prince-évêque de Monténégro (1782-1830), né vers 1747 à Njegoš (Monténégro), mort le 18 (le 30 dans le calendrier grégorien) octobre 1830 à Cetinje. La Dalmatie (en croate Dalmacija, en italien Dalmazia, en latin Dalmatia) est une région historique littorale des Balkans, le long de la mer Adriatique, aujourd'hui partagée entre la Croatie qui en possède la plus grande part, le Monténégro et l'Herzégovine. En 1816 la présence italienne dans la région était estimée à 20 %, en 1865 elle n’était plus que de 12,5 %[12]. Pour l'Empire romain d'Orient, leur arrivée est providentielle dans leur lutte contre les Avars (qui mènent de nombreuses attaques dans la région). La Dalmatie dans l'Empire romain, vers 120. Or ce personnage a pu être assimilé à Cadolah (mort en 819)[1]. Knin tombera[15] le 5 août 1995 aux mains de l'armée et de la police croates lors de l'Opération Tempête (en croate, Oluja). Durant le IIIe siècle, la Dalmatie semble être le cœur de l'Illyricum, ensemble s'étendant du Danube aux mers Adriatique, Ionienne, Égée et Noire, et concentrant d'importantes armées. L'Autriche, plus encore que Venise, y favorise le développement de la culture croate, d'autant qu'elle y voit un moyen de limiter l'irrédentisme des Italiens de la côte. I. Bojanovski publie une ? J.-C., les Grecs fondent des colonies en Illyrie, dont la Dalmatie faisait alors partie. Le remodelage des provinces sous la tétrarchie conserva la Dalmatie en une seule province. Par exemple, Lucius Plotius Pegasus est gouverneur de la province sous Vespasien. En outre, un témoignage de Constantin VII nous informe que les Slaves de Dalmatie ont commencé à être christianisés « au temps de leur prince Porinos », après la mort d'un personnage nommé « Kotzillis ». À la longue, par la guerre, la négociation ou l'achat, Venise finit par étendre son domaine en Dalmatie continentale, à l'exclusion de la République de Raguse (aujourd'hui Dubrovnik), restée autonome, mais également romane, avec sa propre langue, le Ragusain. En 1991, les dirigeants serbes, alors dirigés par Milan Babić, expulsent les habitants croates (non sans violences) du nord de la Dalmatie, et le rattachent à la République serbe de Krajina autoproclamée, dont ils font de Knin la capitale. L'historien Danijel Dzino définit la Dalmatie comme un espace compris entre le fleuve Sava (ou le fleuve Drava) et la mer Adriatique[1]. Néanmoins, le passage en Dalmatie et en Pannonie au milieu du IXe siècle de Godescalc d’Orbais, qui a été moine à Fulda et à Orbais, avant de parcourir l’Italie et les Balkans pour prêcher, tend à montrer que le processus de christianisation était bien en cours à cette époque.

Maths Et Tiques Seconde, Booking Camping Normandie, Classement Collège Yvelines 2020, Passerelle Médecine 2020, Différence Caractère Chat Mâle Femelle, Mhsc Store Ecusson, Ananas Victoria Origine, Odile Vuillemin Jumelle,

Laisser un commentaire

Fermer le menu